Stéphane Joly

Stéphane est kinésithérapeute libéral, c’est le 301e adhérent de l’association. Il a 54 ans et des brouettes… de tourbe !

Es-tu plutôt culture ou nature ?

Je dirais plutôt les deux à part égale, même si la majorité de mes photos sont prises chez moi. C’est une nécessité d’observer les plantes dans leur milieu naturel pour mieux les cultiver…

Comment entretient-on une passion pour les plantes carnivores aussi longtemps ?

Je n’y pense pas vraiment, et au fur et à mesure, on se retrouve avec 30 ans de culture passionnée. Que ce soit pour la culture, la photo ou en voyage, mon intérêt reste intact. Chaque année, il y a toujours un « sujet différent » qui sort du lot, que ce soit en photo, pour la culture ou lors de voyages. Réaliser des expositions est aussi un moyen d’entretenir sa collection, rencontrer les passionnés de Normandie est aussi un bon moyen, même si pour des raisons professionnelles, cette dernière année a été très faible en rencontres.

Raconte-nous ta dernière prouesse photographique !

En ce moment, je suis plus intéressé par les photos de plantes carnivores avec des insectes en vol d’approche. Evidemment, ce genre de photo n’est pas chose aisée, pour des raisons de lumière et de réglage de matériel. Pour quelqu’un qui souhaiterait débuter dans ce type de photo, Les Syrphes sur des Sarracénies seraient le sujet le plus facile. Une mouche ou un papillon avec leur vol aléatoire sont des sujets plus complexes.

Tu es une star à la télévision. Quel est ton secret ?

Pas vraiment une Star, ce sont plutôt les plantes qui le sont… Mais quand des médias vous proposent une interview, il est important d’accepter à chaque fois, sinon, les plantes retombent dans un oubli médiatique. C’est très important pour moi de faire partager cet intérêt au plus grand nombre, tant dans les médias que lors d’exposition de photos et de plantes pour sensibiliser le grand public et engendrer de nouveaux passionnés qui reprendrons le flambeau à leur tour.

Qu’est-ce qui t’a poussé dans le monde des plantes carnivores, et comment vis-tu ta passion au quotidien ?

Autant dire ‘Autopsie d’un dionosaure’ ! C’est une excellente question qui exige un grand saut dans le passé. Tout le monde connaît le fameux numéro de Pif gadget qui a amené Jean-Jacques Labat à la culture des plantes carnivores. Eh bien moi je ne l’ai jamais eu entre les mains, et pourtant je lisais aussi Pif Gadget ! J’en suis resté aux pifises (NdR : du nom du magazine français de bande dessinée pour la jeunesse, qui a distribué et popularisé en avril 1970 les artémies, de petits crustacés faciles à élever à partir d’œufs réhydratés) et aux pois sauteurs… La lecture qui m’a sensibilisé à ces plantes pour la première fois est le numéro 721 de Rustica datant de 1983 intitulé « Les plantes carnivores plus belles que méchantes ». À ce moment, j’envisageais de rentrer à l’école de kiné, donc je n’avais pas vraiment le temps de cultiver quoi que ce soit. En 1985, le magazine La recherche numéro 171 était aussi intéressant…

Alors quand en 1986, à Paris du côté du marché aux fleurs, je suis passé devant, la tentation a été la plus forte. J’ai donc acheté en francs ma première plante carnivore (une Dionée). Mais comme bon nombre d’acheteurs, la désillusion a été au rendez-vous, et j’ai perdu cette plante. Il était donc nécessaire de me documenter un peu plus. Je suis retourné acheter de nouveau une plante et demander des conseils au vendeur. Finalement, avec la Dionée, j’ai pris aussi un Drosera capensis et un Drosera aliciae. À cette époque on trouvait assez peu de variétés…

J’ai adhéré à Dionée en 1989 et acheté aussi à cette époque le premier livre de Marcel Lecoufle. Déjà bien mordu mais pas encore complètement dévoré, j’ai dû assommer d’une tonne de questions Pierre Sibille, le secrétaire de Dionée du moment, avec mes courriers (pas d’Internet à l’époque). J’ai rencontré aussi Serge Lavayssière, le président de l’époque, et Gérard Lecointe, le trésorier, et pas mal d’adhérents de l’Antenne Ile-de-France à la maison des associations de Saint-Germain-en-Laye. Je dois dire qu’en ce temps, il y avait du monde dans les réunions ; on y faisait aussi les assemblées générales. En ce temps-là aussi les premières rencontres avec Jean-Jacques Labat, qu’on ne présente plus avec ses conseils avisés…

Un voyage en Guyane en 1993 (achat d’un Nikon 801F), mon déménagement en Normandie avec la rencontre de Pierre Sibille – plutôt amateur de Drosera – et celle de René Aubry – plutôt amateur de Dionée, Sarracénies et Pleiones –, ont terminé mon passage du côté obscur de la force. S’ensuit la création de l’antenne normande et les premières expositions, avec au minimum une chaque année.

Au quotidien, j’essaie surtout de maintenir ma collection avec le peu de temps disponible, et toujours de continuer à prendre des photos, à récupérer les livres anciens ou récents. Ma bibliothèque sur le sujet commence à être conséquente et le meuble dédié est maintenant trop étroit. La réfection des serres me prend aussi pas mal de temps.

Le message de Stéphane

Tout simplement de proposer à Florian de rencontrer grâce à Dionée d’autres adhérents lors de sorties sur le terrain, ou pour une visite d’installation d’un membre plus aguerri dans la culture pour améliorer la sienne.

Des échanges avec d’autres associations sont aussi possibles, il y a l’exposition de Leiden (jardin Hortus Botanicus) en Hollande non loin d’Amsterdam du 11 au 20 août 2017. Cela permet de voir une exposition de qualité, des producteurs de différents pays proposant un choix varié, dont des plantes rares, et des conférences sur des sujets précis concernant nos chères protégées.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s