Visite Guidée

Sur une idée originale de l’antenne Centre, Dionée a fait un don cette année pour la restauration de la tourbière des Landes dans le Cher. Elle a été invitée en retour par le conservatoire d’espaces naturels à en faire la découverte par une belle journée d’été. Comme toute aventure, celle-ci a commencé autour d’un repas à Orléans, avant que la troupe se lancer à la chasse aux plantes carnivores. La suite de l’histoire se passe à Ménétréol-sur-Sauldre, sur les pas de deux animatrices et du conservateur bénévole. En guise de décor, la tourbière baigne dans le lit majeur de la Petite Sauldre, encadrée par les deux étangs communaux. Les landes humides et les boisements marécageux de la tourbière sont parmi les derniers en bon état de conservation dans la région.

Avancée difficile dans les Mollinies
Avancée dans les Mollinies
3
Mare artificielle

Leurs mérites ont été récompensés par plusieurs titres : espace naturel sensible du Cher, zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique intégrée et site Natura 2000. Sur neuf hectares, la tourbière, les berges et une mare d’origine anthropique abritant une station météorologique forment une mosaïque d’habitats tourbeux acides. En haut de l’affiche, on retrouve avec plaisir le duo formé par les rossolis à feuille ronde (Drosera rotundifolia) et intermédiaire (Drosera intermedia), espèces protégées au niveau national. Ces dernières nous ont d’ailleurs fait la démonstration de captures spectaculaires, dont libellules et papillons sont les plus grosses victimes. Les rôles de composition ne manquent pas non plus dans le cortège patrimonial des plantes vasculaires du site, typique des milieux humides : les Rhyncospore blanc et brun, la Bruyère à quatre angles, le Millepertuis des marais, la Linaigrette à feuilles étroites ou l’Osmonde royale se disputent le deuxième plan avec les grenouilles agiles et vertes.

5

4
De massives victimes …

L’acidité entretenue par la sphaigne limite la dégradation du sol, entraînant une accumulation de matière végétale. La tourbière constitue ainsi une réserve d’espèces comme les Drosera dont nous sommes fans. La tourbe joue aussi le rôle de réserve d’eau ; et elle conserve des traces de végétaux, de pollens anciens et des vestiges archéologiques comme des outils et restes humains.

2
A la recherche des restes humain

Dans l’objectif de préserver les qualités de cette tourbière, le conservatoire a acquis le site en 2003. Sur les photographies aériennes, il a constaté qu’elle était envahie par les ligneux, occasionnant la fermeture du milieu et la disparition des landes. Pour remédier au phénomène, il a décidé de mener des travaux écologiques. Le scénario consiste à lutter contre l’envahissement des tourons de Molinie bleue, des bouleaux, des saules et des pins par des opérations d’arrachage, de débroussaillage et d’écorçage.

7
Les prospecteurs

Les débris végétaux seront quant à eux utilisés pour rehausser l’exutoire de la tourbière. Aujourd’hui visitable seulement dans le cadre des balades nature organisées par le conservatoire, le site a vocation à accueillir le public à la fin de l’année prochaine. Au programme de l’aménagement, les caillebotis permettront d’éviter de dégrader les milieux, tandis que les panneaux explicatifs seront élaborés avec la collaboration de l’antenne Centre de Dionée.

8
Les remarquables habitants

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s