La fantastique et orléanesque épopée de la contrée carnivore

Leur monde dépérissait… les sols précaires en pleine décomposition libéraient des odeurs fétides. La paix du peuple végétal merveilleux de la contrée d’Orléans était menacée par un mal bien trop grand pour lui. Mais pas pour six serviteurs dévoués, audacieux et joviaux qui conjurèrent tous les sorts avec bien du courage.

SAMSUNG
Image 1 : Lombrics

Vaincre le péril semblait pourtant simple, il fallait à nos six compères débarrasser les racines de toute terre putride. Mais cette pourriture avait attiré des êtres venus du monde souterrain : les lombrics. Ces organismes visqueux, dépourvus d’organes de vision et de membres de locomotion, avaient infesté toute la contrée. Les lombrics sont bienfaisants dans les profondeurs ténébreuses, car ils labourent et ils fécondent. Mais à la surface ils entretiennent le mal de la tourbe. Le territoire infertile de la contrée ne tolère pas la corruption minérale et organique de ces êtres lubriques. Et leurs manœuvres constantes font souffrir les plantes enchantées sans relâche. Nos amis ont donc décidé d’entamer une lutte sans merci contre ces vers pour arrêter leur expansion.

Mais nos nobles héros refusèrent de répondre aux assauts du mal biologique par le mal chimique. Le plan de bataille fut dressé : rempoter toutes les végétaux magiques jusqu’au dernier. Cela semblait facile. Trop facile ! La première partie du plan consistait à évacuer le peuple végétal hors de la contrée. Mais la migration mit à jour un autre mal inattendu. Car les lombrics n’étaient pas seuls. Ils avaient été rejoints par un allié plus puissant encore.

Il y a bien longtemps, lorsque les entités anciennes créèrent la contrée, elles eurent recours à l’alchimie pour engendrer le monde des tourbières. Dans le but puissant de s’attirer le pouvoir de l’eau, elles combinèrent une couche étanche (bâche plastique) avec une couche spongieuse (géotextile) pour créer un bouclier humide protecteur contre les feux du soleil. Elles ne se doutèrent pas que cette étendue détrempée, en plus d’abriter les lombrics, dissimulerait des hordes de lentilles d’eau vivantes, et autant de cadavres. En temps d’harmonie ces êtres bienveillants qui appartiennent au même règne végétal que les plantes enchantées de la contrée filtrent l’eau du poison qu’elle contient (azote, phosphate, éléments organiques et autres minéraux). Cependant, à leur mort, elles se métamorphosent en libérant l’essence du poison, corrompant la terre saine et l’eau pure. Pour vaincre ce nouvel ennemi, nos jeunes héros poursuivirent donc leur quête.

20170128_111255
Image 2: ça brille !

Le prochain plan fut rapidement mis sur pied. Il fallait achever la retraite de toute la population à l’extérieur de la contrée. L’exode se déroula sans encombre. Une fois le pays déserté, le géotextile fut bannit et détruit. C’est alors que le premier combat éclata pour purifier la bâche de tout mal. Il fut mené à coups de pelle à balayette, de brosse, de seau et d’huile de coude. Aucune lentille ne devait subsister, qu’elle soit morte ou vive ! Cette bataille fut courte mais ardue. Et elle ne faisait qu’augurer une autre bataille plus périlleuse, et bien plus longue.

Car le mal était trop puissant pour être repoussé en une seule fois. Pendant un mois épique, nos héros menèrent la bataille de front pour sauver ces êtres merveilleux qu’ils chérissaient tant. Les rempotages succédèrent aux rempotages à maintes reprises. L’ennemi était loin d’être simple à combattre et des pertes furent à déplorer. Des plantes fabuleuses étaient parfois retrouvées sans vie, complètement anéanties, dans leur pot. Beaucoup de racines finirent brisées. Mais ces sacrifices ne furent pas vains : les lombrics tombèrent en masse dans l’oubli, et les lentilles trépassèrent partout où elles s’étaient réfugiées pour fuir la détermination de nos courageux héros.

Petit à petit, la contrée reprenait vie. Les bacs et soucoupes purifiés furent distribués à même la bâche et colonisés au fur et à mesure des victoires rempotées !

20170128_140957
Image 3: installation de la pouzzolane entre les bacs

Cependant ce monde ressuscité n’était pas encore parfait. La disparition de l’horizon spongieux créé par les entités anciennes avait perturbé l’équilibre hygrométrique. C’est alors que nos bons serviteurs reçurent un soutien providentiel. Ayant entendu leur détresse, les elfes de la contrée leur vinrent en aide. Mais à la place de l’armée qu’ils attendaient ne vint à leur rencontre… qu’un simple jardinier. Il menait à lui seul un imposant convoi de minerai aussi rare que particulier : la pouzzolane. Cette offrande généreuse n’était autre qu’une roche volcanique poreuse, apte à se mêler au substrat. Elle était aussi dotée d’une capacité prodigieuse à retenir l’eau grâce à ses nombreux pores. Ainsi un tapis de pouzzolane fut établi entre les bacs.

Avant de repartir d’où il était miraculeusement apparu, l’étrange elfe indiqua à nos compères une autre propriété légendaire de cette roche. Dans d’autres contrées où elle se trouvait en abondance, elle était connue pour sa capacité à repousser d’autres êtres maléfiques : les limaces. De lointains étrangers étaient même suspectés de l’utiliser pour ériger les murailles protégeant leurs potagers. Nos valeureux amis décidèrent de vérifier si l’enveloppe des lombrics pouvait réellement se déchirer au contact de cette roche. Si cela s’avérait exact, ils seraient libérés du tourment inspiré par une nouvelle invasion.

Ce fut par cent jours de festivités et cent nuits d’ivresse que les habitants de la contrée d’Orléans fêtèrent la victoire sur leurs terribles ennemis. Qu’on se le dise, les fleurs colorées s’épanouiront et les pièges avides séviront de nouveau !

Quand à nos héros, ils s’éloignèrent le cœur léger pour d’autres aventures, sûrs de revenir un jour. Ainsi s’achève la légende de la contrée d’Orléans.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s